mardi 17 juillet 2018

Du paradoxe

C'est en toi que je perçois, cette douceur
Cette onde de couleurs, de lumières
Le serpent lové qui s'éveille et s'élève.

C'est en toi mon plaisir infini. 


Barbara Florcyk alias Baxia Art

De ta propre relation au monde

Bien entendu la critique par la raison
Conteste l'existence des sensations, toutes intérieures
Bien sûr !

Et ce n'est pas que l'on t'enjoigne à penser par toi-même
C'est que l'on te commande de suivre des modèles
Et chaque groupe de revendiquer sa représentation
Comme étant la vérité, unique, universelle.

Ce sont des luttes, ce sont des guerres !
Et pourtant tous d'accord sur un point qui est
De te couper de ta propre relation au monde
Celle dans laquelle tu perçois le chant vibratoire.

Celle où tu touches ta propre complétude
Dans laquelle, et seulement dans laquelle
Il est possible d'entrer en relation
Pour le partage, pour le monde, toujours !

Et tous en chacun dans recevoir les bénéfices.



 Bev Jozwiak

Du "chemin caché"

Ce que la raison peut mettre à plat !
Tout raplaplat
Ne reste alors que l'effort et le laisser-aller
Et la connerie humaine, quelle fatigue !

Et ce n'est pas les hormones qui vont arranger ça
Explosion, puis descente aux enfers.

Comme il ne s'agit pas d’interdire
Ni de contrôler, ni de museler, ni de domestiquer
Cette lutte entre la raison et la chimie
Il y a bien une troisième voie
Qui libère l'être, l'éveille, l'élève.

Tu disais : "le chemin caché"
En vérité, il n'est caché qu'aux yeux aveugles 
Aux oreilles sourdes, aux esprits fermés.  


"le chemin caché" Ron 


James R. Eads

lundi 16 juillet 2018

Et le temps et l'espace...

Entendez-vous ce chant mon ami ?
L'air se tend de cette vibration
Il s'étire et se tire
Il efface toutes nos différentes manières
Et le temps et l'espace …

Jusqu'à toi.




Quand le ballon se dégongle

C'est incroyable combien les personnes confuses
Ressentent le besoin express de s'expliquer, d'argumenter
C'est que le mensonge demande sans cesse à être justifié
Si non, flop ! Oui c'est un flop ! 



 Internet  

La porte du crime

Le cadre ?
Bien sûr que le cadre existe
Juridique il règle des statuts
Des rôles, des échanges
Entre les différentes positions
Des personnes dans une société donnée.

Et ce qui est curieux à constater
Simplement constater
C'est que ce sont les plus enclins à s'incliner
Qui ont le plus de mal à respecter ce cadre
D'une manière tout à fait sournoise, sans cesse
Ils ne cessent de chercher à biaiser.

Et de voir ces esprits si confus en vérité
Mis à mal par la simplicité de la procédure
Ils s'entêtent, ils s'enfoncent, la tête dans le mur
Cherchant encore et encore d'atteindre, de faire mal
Menacer, faire chantage
Et vous avec vos idées claires, et la simplicité de la procédure
Inatteignable, vraiment ! Alors ils chercheront à vous tuer.

La confusion de ces esprits est si grande
Qu'ils vivent dans une zone de non-droit
Celle des passes-droits, des bakchichs, des pots de vin
Des petites et grandes corruptions
Et s'il est de grands truands, les petits n'en sont pas moins nocifs
Ils poussent contre vous la porte du crime. 



 Internet

dimanche 15 juillet 2018

Du dernier pas qui est le premier !

L'amour est le grand libérateur
Mais alors, il faut tout
Absolument tout lui donner.


Au moment de l'ultime trahison
Où la petite personne se rétrécit
S'ouvrir encore.


Le pas suivant, il n'y a plus
Aucun regret
Liberté !




Silvio Allason (1843-1912)